lundi 31 mai 2010

1500 travailleurs sans papiers passent la nuit place de la Bastille

La journée avait plutôt mal débutée, avec du vent et de la pluie. Le dimanche à la Bastille s'annonçait morose. Pourtant vers 8 heures du matin, le tambour chinois faisait danser les camarades africains et les bâches étaient comme des petits coins de ciel bleu pour les travailleurs sans papiers qui entamaient leur 3éme jour d'occupation des marches de l'opéra.

Et malgré une après midi de rumeurs démoralisantes, malgré une météo difficile, ils étaient 1500 à commencer la nuit place de la Bastille. Et quelle nuit. Un vrai temps fort de la grève, avec ces sourires, cette fraternité, cette détermination qui caractérisent si bien la lutte des travailleurs sans papiers. Les camarades chinois mettaient l'ambiance avec des démonstration de tai-chi, entourés par une centaine d'africains qui tapaient dans leurs mains. Les zones de couchage, de chaque coté des marches faisaient le plein de dormeurs blottis sous des couverture. La nuit passait son chemin, pleine de sérénité. Vers 5 heures, les corps, peu à peu émergeaient et se rassemblaient vers la camionnette ou un petit déjeuner était distribué. La place de la Bastille s'éveillait tranquillement. Seuls deux fourgons de policiers placides avaient accompagnés les camarades toute la nuit. Il n'y aurait pas d'intervention ce matin. La forte mobilisation des travailleurs sans papiers demandée la veille par Raymond Chauveau avait certainement fait reculer les velléités d'évacuation. Le "piquet des piquets" rentrait dans son 4ème jour.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire