lundi 18 octobre 2010

Résultats des négociations des 15 et 16 octobre 2010, Dominique Sicot

Paris, 15 octobre, 19 heures 30. Neuvième jour d’occupation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Mégaphone en mains, en haut des marches du grand escalier d’entrée, Francine Blanche (CGT) et Raymond Chauveau (CGT) font le compte-rendu du quatrième round de négociations entre la délégation des syndicats soutiens de la grève (CGT, FSU, Solidaires, CFDT, UNSA) et les représentants du ministère de l’Immigration et de la Direction générale du Travail.


La nuit tombe, le crachin aussi ! Mais les visages se détendent. Lundi 18 octobre doit tomber le texte officiel prenant acte des relevés de conclusions sur l’état actuel de la négociation. Celui qui doit permettre aux 6804 grévistes engagés dans la lutte depuis le 12 octobre 2009 d’obtenir enfin dans les jours qui viennent les récépissés de trois mois avec autorisation de travail, le sésame qui leur permettra de compléter leurs dossiers pour l’obtention de la carte de séjour d’un an. Et ce qu’ils aient ou non obtenu un Cerfa (promesse d’embauche pour un salarié étranger) de leur employeur. Une promesse déjà faite le 24 juin mais non tenue, les pouvoirs publics ayant exigé pour tergiverser le détail qui tue : des fiches de paie à zéro correspondant aux mois de grève. Comme si ce zèle juridico-administratif avait cours dans les relations entre patrons et travailleurs sans papiers !

Mais cette fois, c’est décidé : les occupants ne lèveront pas le camp tant que tous n’auront pas en mains leur récépissé avec autorisation de travail. Pour l’instant sur les 1800 dossiers déposés en préfectures, 58 grévistes l’ont obtenu. Un déblocage rapide en début de semaine prochaine sur ces premiers dossiers serait incontestablement un signe encourageant, témoignant de la bonne volonté des pouvoirs publics. Reste maintenant du pain sur la planche pour les délégués de piquets et les Onze (CGT, CCFDT, FSU, Solidaires, UNSA, Autre Monde, la Cimade, Droits devant !!, Femmes-égalité, la Ligue des Droits de l’Homme, RESF) : constituer en quelques jours 5000 dossiers allégés pour le reste des grévistes. Restent en négociation les modalités d’obtention de la carte d’un an. Rendez-vous pris pour le jeudi 21 octobre.
Il est plus que temps que cesse la double peine infligée aux 6804 grévistes : un an de lutte et de mobilisations, sans salaires. Une victoire obtenue le 18 juin dernier après l’occupation pendant trois semaines de la Bastille, à savoir des critères assouplis, unifiés et simplifiés de régularisation par le travail, dont ils seraient les seuls travailleurs sans papiers de France à ne pas bénéficier !
A la Cité nationale de l’histoire de l’immigration – où ils ont reçu de la part des personnels et de la direction un accueil cordial- les 6804 avec leur courage et leur détermination sans faille sont en train d’écrire une nouvelle page de cette histoire. Avec la solidarité des Onze, avec celle aussi des partis de gauche (PS, PCF, PG, NPA, les Verts, Lutte ouvrière, Gauche Unitaire, les Alternatifs, PCOF…), des élus du 12 ème arrondissement, et des comités de soutien. Avec un air de fête qui, alors que d’autres batailles se mènent notamment sur le front des retraites, nous ferait presque rêver que le fond de l’air est rouge !
Dominique Sicot.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire